Benoît Paire (qualifié pour le deuxième tour à Marseille) : « Ma tête n'était pas à l'endroit »

Benoît Paire avait le sourire après sa victoire sur Grégoire Barrere. (N. Luttiau/L'Équipe)

Après son succès sur Grégoire Barrere au premier tour de l'Open 13 de Marseille, Benoît Paire est revenu sur sa coupure salvatrice après deux tournois compliqués.

« Les sensations étaient bonnes face à Barrere...
Oui. Il a fallu que je coupe après deux tournois catastrophe. Je n'ai tapé qu'hier, une heure avec Hubert Hurkacz. Après l'enchaînement avec Pune, les décalages horaires, le froid à Rotterdam, les balles différentes, j'étais content de revenir à Marseille, dans un tournoi que j'affectionne. Je n'avais pas de jambes ces dernières semaines, là les intentions étaient meilleures... Je suis resté plutôt calme et ce n'est pas évident car je ne savais pas à quoi m'attendre après les deux défaites terribles à Pune (contre Roberto Marcora) et à Rotterdam (contre Aljaz Bedene)... Le tie-break était très bon. Je me suis dit : ''Vas-y, tente, c'est lui qui est sous pression...''

C'est vrai que votre match à Rotterdam n'était pas très bon...
Oui, tout à fait. Pourri. Nul. C'était très compliqué à Pune aussi. Mais il y avait eu beaucoup d'émotions après la tournée australienne, avec l'ATP Cup et ma défaite contre Cilic 7-6 au cinquième set(au 2e tour de l'Open d'Australie). Je n'ai pas pu souffler. Je n'étais pas bien. Ma tête n'était pas à l'endroit.

« Je sais que je ne suis bon que si je reviens avec envie. »

Benoît Paire

Rien ne vous obligeait à aller à Pune ou Rotterdam...
Mais je ne regrette rien. Je me suis régalé à Pune. C'était une semaine de vacances avec ma famille. On a fait de l'hélicoptère. C'était une semaine géniale. Mais je n'ai pas soufflé... Après Rotterdam, j'ai pu un peu déconnecter avec le tennis. Je sais que je ne suis bon que si je reviens avec envie.

Avec quelles ambitions ici ?
Je me sens capable de gagner. Si je me sens bien comme ça, si je sers bien comme aujourd'hui...

Gaël Monfils dit de vous que vous avez le potentiel pour faire de grandes choses...
Ça me fait plaisir qu'il ait des mots gentils. Il est comme moi. Sensible, émotif. Ça me touche. Et lui aussi a du potentiel, pour aller dans le top 5 s'il garde cette envie. »

publié le 17 février 2020 à 22h24
commentaires (81) lire la charte
commenter cet article
les mieux notés les plus récents
Toknow le 18 février 2020 à 07h22

Ta tete ne l a jamais ete a l endroit ni ton jeu!!Je ne comprends pas comment les journalistes peuvent mediatiser un sportif en carton comme ca

répondre
129
24
voir tous les commentaires... (81)