Consultation : votez pour le plus beau match de la saison de Ligue 1

L'ASM de Ben Yedder a frôlé l'exploit sur le terrain du PSG le 12 janvier.  (E. Garnier/L'Équipe)
L'ASM de Ben Yedder a frôlé l'exploit sur le terrain du PSG le 12 janvier. (E. Garnier/L'Équipe)

Arrêtée prématurément il y a deux mois, la saison de Ligue 1 n'en a pas moins été riche en matches spectaculaires. Nous vous proposons de désigner le plus beau.

Monaco - Marseille, 3-4, 5e journée

Après cinq semaines de compétition, l'ASM - 19e au coup d'envoi - n'a toujours pas gagné le moindre match. Mais le rapide doublé de sa recrue Wissam Ben Yedder (17e sp., 26e) laisse entrevoir le bout du tunnel aux hommes de Leonardo Jardim.

C'est sans compter sur leurs lacunes défensives encore criantes malgré leurs dépenses estivales (133 millions d'euros), exploitées tour à tour par Dario Benedetto (38e, 1-2), Valère Germain (41e, 2-2), Dimitri Payet (61e, 2-3) et Benedetto (67e, 2-4), encore lui, dans un mano a mano d'autant plus haletant après la réduction de score du remplaçant Keita Baldé (75e, 43-4), parfois au bord du débordement (une échauffourée dans le temps additionnel). « Une dinguerie » pour L'Équipe.

La joie des attaquants marseillais après l'égalisation de Germain (à droite sur la photo) à la 41e. (S. Mantey/L'Équipe)
La joie des attaquants marseillais après l'égalisation de Germain (à droite sur la photo) à la 41e. (S. Mantey/L'Équipe)

Marseille - Lyon, 2-1, 13e journée

Tifo géant pour les 120 ans de l'OM, bus de l'OL caillassé, bronca contre Rudi Garcia, de retour au Vélodrome, record d'affluence et fumigènes... la soirée du 10 novembre est électrique à Marseille, comme les piques lancées par Dimitri Payet à son ancien entraîneur à l'avant-veille du match le laissaient présager.

Auteur d'un doublé, un penalty (18e, 1-0) et une frappe croisée, du droit, à l'entrée de la surface (39e, 2-0), le meneur réunionnais endosse le costume de héros et se démultiplie pour préserver les trois points de la victoire (2-1) après le coup de tête victorieux de Moussa Dembélé (59e, 1-2) et l'expulsion d'Alvaro Gonzalez, avant de sortir pétri de crampes (78e).

Payet, auteur d'un doublé. (F. Faugère/L'Équipe)
Payet, auteur d'un doublé. (F. Faugère/L'Équipe)

PSG - Monaco, 3-3, 20e journée

Le match de clôture de la 20e journée n'a plus franchement le parfum d'un choc tant le fossé s'est creusé entre les deux équipes. Mais l'ASM (9e) est encore dans le coup pour l'Europe, son attaque menaçante malgré le malaise Slimani et les attentes renforcées par les débuts sur le banc de son nouvel entraîneur espagnol, Robert Moreno. Avant de sombrer sans combattre contre le même adversaire, chez lui, quatre jours plus tard (1-4), elle fait vivre un calvaire à un PSG déséquilibré dans son 4-4-2, souvent dépassé malgré l'ouverture du score de Neymar dès la 3e minute. Ambitieux, sans peur, Monaco prend vite les devants dans un premier quart d'heure de folie (7e, 1-1 ; 13e, 1-2). Seul « Fantastique » au niveau, Neymar refait basculer le match avant la mi-temps en poussant Fodé Ballo-Touré à la faute (24e, 2-2) avant de transformer un penalty obtenu par Kylian Mbappé (42e, 3-2). Mais Slimani, à peine entré, finit par égaliser en deux temps (70e). Du « pur plaisir », résumera L'Équipe le lendemain.

Slimani avait fini par égaliser pour l'ASM.  (F. Faugère/L'Équipe)
Slimani avait fini par égaliser pour l'ASM. (F. Faugère/L'Équipe)

Rennes - Nantes, 3-2, 22e journée

Il y a longtemps qu'un derby de l'Ouest n'avait pas déchaîné autant de passion. Celui-ci « fera certainement partie de l'histoire » pour Julien Stéphan, l'entraîneur rennais. Et son coaching risqué n'y est pas étranger. Alors qu'elle est encore menée 2-1 après cinq minutes de temps additionnel, son équipe réussit l'exploit de l'emporter au bout du bout dans une ambiance irrespirable, avec six joueurs à vocation offensive, du panache et le concours du VAR, qui finit par valider le but de Raphinha (90e+7, 3-2) - d'abord signalé hors-jeu - après trois minutes qui paraîtront « une éternité » à Stéphan. Christian Gourcuff, l'entraîneur nantais, dit n'avoir « jamais vu ça en 40 ans de carrière ». Son capitaine, Abdoulaye Touré, parle de « faute professionnelle ».

Raphinha, héros d'un soir au Roazhon Park.  (S. Mantey/L'Équipe)
Raphinha, héros d'un soir au Roazhon Park. (S. Mantey/L'Équipe)

Amiens - PSG, 4-4, 25e journée

À trois jours d'un déplacement autrement plus attendu à Dortmund, en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, les hommes de Thomas Tuchel ont clairement la tête ailleurs à La Licorne. Avant-derniers au coup d'envoi, incapables de gagner depuis plus de trois mois en Ligue 1, Gaël Kakuta et les Amiénois profitent de l'apathie parisienne pour prendre un, deux puis trois buts d'avance (5e, 29e, 40e) dans une première période presque surréaliste. Mais ils finissent par craquer.

Après la réduction du score d'Ander Herrera (45e), Tanguy Kouassi, 17 ans, s'offre un doublé en six minutes (60e, 65e). Puis c'est le renard Mauro Icardi qui donne un avantage inespéré au PSG (74e, 3-4). On pense alors les locaux abattus, condamnés, mais ils trouvent les ressources pour égaliser à l'entame du temps additionnel, par Serhou Guirassy (90e+1, 4-4). Tuchel, beau joueur, retiendra « la réaction », inédite dans l'histoire du PSG en Ligue 1. « On a livré un match exceptionnel, répondra son homologue amiénois Luka Elsner, un match qui nous permet d'avancer. »

Guirassy et les Amiénois avaient secoué les Parisiens.  (A. Réau/L'Équipe)
Guirassy et les Amiénois avaient secoué les Parisiens. (A. Réau/L'Équipe)

PSG - Bordeaux, 4-3, 26e journée

À l'heure d'accueillir Bordeaux (12e), qui tourne au ralenti, l'ambiance est plutôt tendue au PSG. Marquinhos a contredit son entraîneur, Thomas Tuchel, sur son analyse de la défaite à Dortmund (1-2), et Leonardo rappelé les joueurs à l'ordre après la soirée d'anniversaires groupés dont des images ont circulé sur les réseaux sociaux. Au Parc, le champion de France va vivre un match « un peu bizarre », dixit Tuchel, marqué par le 200e but de son « Matador » Cavani et le doublé de Marquinhos mais aussi par une défense souvent en panique - sans parler de l'expulsion de Neymar, accompagné par les sifflets à sa sortie du terrain en fin de match.

Vite mené (18e, 0-1), Paris prend l'avantage dans le temps additionnel de la première période (45e+2) avant de le perdre trois minutes plus tard (45e+5, 2-2). Neymar (63e) et Mbappé (69e) lui redonnent de l'air, mais pas pour très longtemps, puisque Pardo relance le suspense à la 83e, bien aidé par la relance ratée de Marquinhos. En vain pour les Girondins, qui auraient mérité « un point » selon leur entraîneur, Paulo Sousa.

Cavani a marqué contre Bordeaux son 200e but avec le PSG.  (A. Réau/L'Équipe)
Cavani a marqué contre Bordeaux son 200e but avec le PSG. (A. Réau/L'Équipe)

Quel est selon vous le plus beau match de la saison ?

publié le 25 mai 2020 à 10h00
commentaires (264) lire la charte
commenter cet article
les mieux notés les plus récents
Essaiduboutdumonde le 25 mai 2020 à 13h18

Rennes-Nantes, c'était vraiment un superbe match.

répondre
207
56
voir tous les commentaires... (264)